Sculpture: JP Lagache

Autodidacte, le sculpteur Jean-Philippe Lagache joue des empreintes de pneus que l'on pourrait croire sculptés de sa main et qui, une fois lustrés, « accrochent la lumière », « avec un gros travail de valorisation et de gainage qui s'apparente à la marqueterie ».

Une expérience en industrie nautique l'a d'abord orienté vers la résine, qu'il a travaillée au sein d'un collectif de recyclage artistique. Mais sa « conscience écocitoyenne » l'a « détourné de ce matériau ».

Et une paire de sandales de pêcheur, fabriquée avec des pneus et découverte au Maroc, l'a amené au caoutchouc, « fabuleux de résistance, de simplicité, de durabilité ».

L'inspiration lui est donc venue « de ces pays magiques où les hommes tirent encore leur fierté et leur joie d'un artisanat simplement essentiel ».

Pneus de vélos, de mobylettes, de voitures, Jean-Philippe Lagache n'a aucun mal à se procurer sa matière première, jetée en abondance. « Mon travail s'inscrit dans une démarche de recyclage artistique et invite à une réflexion sur nos modes de production et de consommation, note-t-il. En prenant ce qui nous manque le plus, le temps, je tente de faire de ces déchets surabondants et ô combien symboliques, de nouveaux biens précieux que l'on prendrait plaisir à se transmettre durablement. »

Une inspiration technique née d'un voyage en Afrique, une inspiration humaniste qu'il traduit avec sobriété, des sculptures en bois et métal recouvertes de pneu au rendu exceptionnel et surprenant.. Ce sculpteur nous livre ici des oeuvres fortes, aussi modernes dans le rendu qu'intemporelles dans l'expression des champs de réflexion qu'elles ouvrent et proposent..