Peinture: Rémi Planche

Rémi Planche est né en 1993.

Cela dit tout, et en même temps si peu.

Tout, car il a l'instinct d'un peintre de grand talent. Si peu, car on peut se surprendre qu'un peintre si jeune cisèle ainsi des portraits de vieillards avec une telle force, une telle humanité. Une force que ne démentissent pas ses peintures de nus masculins. Corps, pieds, mains..

De sa rencontre avec le peintre russe Feodor Tamarsky est née sa vocation. Et en autodidacte, il définit ainsi son travail :

" La puissance et la force du corps humain - les mains, fenêtre ouverte sur l'âme humaine - les portraits, où les vicissitudes de la vie sont gravées dans chaque pli du visage, dans chaque regard, chaque expression - sont pour moi autant de sujets perpétuels d'inspiration.

J'utilise une technique mixte à base d'encres, ett de peintures à l'huile, appliquées quasi-exclusivement avec les mains sur la toile et griffées par endroit. Intense dans la réalisation, cette technique - au rendu distinctif - inclut un rapport de force direct avec la matière qui soutient ma démarche artistique.

Je représente des corps, nus, habillés, en position d'attente, de défense, de repli,.. Le visage est alors absent de mes compositions pour que l'idée présente derrière chaque pose prime sur l'homme représenté.

Je travaille également sur le portrait masculin, visage dur, barbu, buriné, hiératique et solennel, marqué par une vie d'épreuves mais fort des expériences passées.

Dans mes compositions, le modèle est toujours mis en valeur car même l'idée la plus dure doit être sublimée par le beau. "

Dès lors, et tandis qu'il s'attaque à l'univers animalier, les mots de Victor Hugo reviennent en mémoire:

"Les révolutions sortent non d'un accident, mais de la nécessité."

Lorsque l'on découvre la nouvelle série du peintre Rémi Planche, intitulée Révolution, les mots de Victor Hugo prennent en effet tout leur sens... 

Ce Victor Hugo dont on pourrait se dire aussi que, au travers de ses portraits, Rémi Planche lui a rendu hommage. A lui et à tous ceux que la vie a marqués de ses rires, de ses sourires, de ses vécus, pour mieux les voir retranscrits sur la toile..

Car cette première série animalière du peintre, au-delà de la créativité sans cesse renouvelée, du désir fervent du peintre de traduire le sensible, le puissant et l'intime perçus dans toutes les sphères vivantes, c'est l'urgence ressentie de confronter son travail au regard de l'autre, aussi de tous ceux qui, médusés par la force de ses portraits et corps, se demandaient quelle pourrait être la prochaine étape du peintre.

Et puis toujours dans l’idée de la force brute animale, sans concession, la représentation des félins est apparue comme une évidence, avec en fil conducteur l’éclat d’une conscience dans le regard. Pour Rémi, tout peut être inspiration, respiration, émotion, palpitation…

Un univers remarquable à découvrir!