Peinture: Hom Nguyen

Bien qu’intéressé très jeune par le dessin et le portrait, venant d’un milieu modeste, les responsabilités du quotidien l’éloignent, pour un temps, du monde de  l'art. Travaillant à l’origine comme vendeur de chaussures, c’est en 2009, année du décès de sa mère, que Hom Nguyen décide de se mettre à son compte et commence la patine de souliers.

Après des débuts difficiles, il met au point une technique qui lui est propre et part se perfectionner pendant quelques mois à Tokyo, au Japon, auprès de grands maitres du tatouage du quartier de Shibuya. De retour en France, son travail sur les patines, les couleurs et la matière le font rapidement connaitre. Ces créations sont alors considérées par certains comme de véritables « oeuvres d'art à chausser ».

De nombreuses collaborations vont le guider progressivement vers le monde du design et surtout de l'art comme celle avec le designer Ora-Ito en 2011. 2011 étant une année charnière pour l’artiste qui s’installe dans un grand atelier à Bagnolet, ce qui lui permet de commencer les portraits de très grand format sur toile.

Depuis, Hom Nguyen se consacre entièrement au dessin et à la peinture et ses œuvres sont de plus en plus exposées dans le monde.

N'ayant pas de formation académique, Hom Nguyen rejette tout conformisme. Le peintre autodidacte insiste sur l'idée qu'il ne peint pas pour plaire. Le travail sur la série des masques crayonnés, axé plus particulièrement sur le regard d'enfants asiatiques sans bouche, est le fruit d’une projection mentale. Réalisés sans modèle antérieur, Hom Nguyen se fonde uniquement sur sa mémoire et l’émotion du moment pour dessiner le visage de l'enfant qu'il était : un enfant né d'une mère immigrante faisant partie des "boat people".

Ses oeuvres s’inscrivent dans la transition entre l’art figuratif et l'art abstrait, pour interroger les frontières entre le sensible et l'intellect, l'émotion et l’interrogation. En effet, derrière la profusion de traits et la vivacité de l’exécution, sont représentés des visages dont l'écriture automatique met en valeur la légèreté du trait et la profondeur de l'image.

Les séries Sans Repères et le Cri Intérieur (Inner Cry) continuent de rendre hommage à la mère de l'artiste et à l’histoire de l’immigration. Chacune emmène le public à éprouver les détresses et les cauchemars vécus par ces enfants et illustrent l’interprétation de nos rêves subconscients : dans l'une, la volonté d'établir un premier contact humain passe nécessairement par un regard ; dans l'autre, crier pour demander de l’aide ne trouve pas forcément échos. Aucun son ne sort, seul reste le cri intérieur2

Dans le cadre d'une conférence dédiée à Hom Nguyen donnée à l'Université Paris-Sorbonne le 12 décembre 2017, Céline Berchiche, docteur en histoire de l'art diplômée de l'Université Paris-Sorbonne IV, prononce pour la première fois l'appellation « Figuration lyrique » pour caractériser la naissance d'un nouveau mouvement d'art contemporain. Faisant le pendant à  l'Abstraction lyrique de Georges Mathieu, ce nouveau mouvement oscille entre abstraction et figuration, notamment grâce à l'une des caractéristiques techniques : le crayonné, geste libéré, dynamique et sans trait de contour.

À l'occasion de l'édition 2016 de la foire d'art contemporain Art Paris Art Fair, déroulée au Grand Palais à Paris, monsieur le Président de la République François Hollande est venu saluer le travail de l'artiste Hom Nguyen. Le 15 juin 2016, Hom Nguyen a présenté pour la première fois sa série Sans Repères au Palais de Tokyo.

En 2019, en collaboration avec lle Musée de la Monnaie de Paris et Vogue Magazine, il réalise un portrait iconique de Michèle Obama. Le succès de la vente aux enchères de cette œuvre par la maison Christie's permet de récolter des fonds afin de soutenir les programmes en faveur de l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes menés par ONU Femmes.

Cette même année, il rend un vibrant hommage à Edith Piaf en donnant naissance à un monumental portrait qui est exposé à l’entrée de l’aile Meyneil de l'Hôpital Tenon. Une oeuvre permanente géante couvre également le mur extérieur de cet établissement où est née Edith Piaf en 1915.

L’artiste participe ensuite à la commémoration du 250ème anniversaire de la naissance de Napoléon Bonaparte, en réalisant un portrait contemporain de l’empereur pour le MUDACC - Musée des Arts de la Citadelle de Calvi.